ALESSANDRO MONTALBANO

Né en 1962 à Catania en Italie, Alessandro Montalbano est diplômé des Beaux-Arts de Florence. Il vit et travaille dans le Sud de la Bourgogne.

L’année 1994 a été charnière pour Alessandro Montalbano : sa rencontre avec César a été révélatrice pour la suite de son travail. Cette année là, il crée ses premiers laitons soudés, dont Et le septième jour qui est un cheval cabré à l’extrême de taille monumentale. C’est le début de sa collaboration avec la prestigieuse fonderie d’art Susse.

Et le septième jour, 1995, bronze soudé, jardin de l’UNESCO, Monaco
© Guy Lerdung

L’oeuvre de Montalbano se constitue de plusieurs motifs récurrents : les figures anthropomorphes, tels que l’ange ou la femme, mais aussi animales comme le cheval.

Pour l’artiste, l’ange est le témoin d’un certain besoin spirituel qui persécute chaque être humain à un moment ou à un autre de son existence. Si leurs ailes sont dentelées, ils gardent l’espoir de leur mission salvatrice. D’un point de vue plastique, ce sujet permet à Montalbano de « rendre compte de la tension entre la matérialité d’un corps et l’immatérialité de ce que l’idée d’un ange implique », selon ses mots.

Annonciation

L’Annonciation, 2012, bronze, pièce unique, 57 cm de hauteur

Le corps humain, et plus particulièrement le corps féminin, est le meilleur terrain d’expérimentations et d’exploration pour l’artiste. Avec l’appropriation de la technique du bronze soudé, il a trouvé le moyen de matérialiser les sentiments et les attitudes qu’il avais cherché à exprimer à travers d’autres techniques. Il ne travaille pas le bronze de façon traditionnelle : il commence par les pieds, puis met en place les lignes principales de la pièce.  Ainsi travaillée, elles donnent à l’oeuvre une très grande force et charge émotionnelle.

Quant aux chevaux, leurs corps sont marqués par une très grande tension qui passe par la leur torsion. C’est un corps énergétique qui n’est pas simplement posé sur les pattes de l’animal. Mais leurs positions sont parfois totalement irréelles. Cette tension visuelle, dynamique, vient matérialiser le puissant symbole qu’est le cheval. Sa force légendaire, dans l’évocation de la lutte contre la mort, évoque celle de l’homme à se remettre des épreuves et des souffrances qui lui sont infligées. Une catharsis partagée.

Avec les bronzes peints, Alessandro Montalbano donne une autre lecture dans l’intention de pousser encore plus loin la perception de sa sculpture. L’écriture picturale réalisée sur la sculpture (traits, points, ronds…) apporte une toute autre façon d’appréhender la sculpture, d’y découvrir les vides et les pleins qui constituent l’essentiel de sa recherche en tant que sculpteur.

Que les bronzes soient de petit ou de grand format, pleins ou soudés, patinés ou peints, leur temps de réalisation est beaucoup plus long que pour une oeuvre peinte. Cette technique bride la liberté du geste, mais, par la nécessaire rigueur et la lenteur exigée, elle contribue à canaliser la fougue de l’artiste ; elle permet aussi de compenser ce manque de liberté par l’exaltation du mouvement et de la posture, souvent extrêmes et qui confinent au déséquilibre, voire à l’impossible. Allusion au mouvement permanent de la vie, d’où découle la nécessaire adaptabilité de l’être, ainsi qu’une prise de risque constante dans la création.

Alessandro Montalbano

Outre sa production de sculptures, Alessandro Montalbano dessine. Le trait dessiné par l’artiste sur la toile ou sur le papier est de même nature que ses mots de l’écrivain : il s’agit de son langage, son expression, son style. Ces traits, ordonnés par la volonté de l’artiste donnent naissance à la ligne, au dessin. En sculpture, c’est la multiplicité de ces lignes qui créent les profils et génèrent la forme dans l’espace. Mais tout part d’un trait et tout est lié, uni…

« Dans ma peinture, les traits s’organisent avec les masses colorées, avec fougue mais paradoxalement de façon très maîtrisée. La façon dont je mets les traits sur la toile ou le papier est à la fois le fruit de la réflexion mais aussi celui du hasard; le fruit du vécu et celui du labeur. »

Alessandro Montalbano

PRINCIPALES EXPOSITIONS ET RÉCOMPENSES

2022⎮Villa de Carcassonne, exposition de 9 sculptures dans les jardins

Lauréat régional du Concours des Ateliers d’Art de France 2022 avec la sculpture de Table Vesta

2022-21⎮Exposition collective aux Jardins des Soussilanges (Jardin remarquable) à Céron, Saône-et-Loire

2019⎮ Solo show, Vers le soleil, Galerie Mary-Ann, Hôtel de Ville de Mâcon

Solo show, Les Interprètes, Galerie de l’Embarcadère, Montceau-les-Mines, Saône-et-Loire

Solo show, Mon voisin le Charolais, à l’occasion des 20 ans de La Maison du Charolais, Charolles, Saône-et-Loire

2018⎮ Solo show au centre culturel Nicolas-Pomel, Issoire

Solo show, Indomptable,  Ecuries de Saint-Hugues, Cluny

Solo show, Dialogues intimes, musée Jean-Larcena, St Aubin-Chateau-Neuf, Val d’Ocre

ArtFareins, Biennale de sculpture contemporaine, Fareins, Ain

2016⎮Solo show, Trait d’union, Galerie de Buci, Paris

Solo show, Centre Culturel des Carmes, Jonzac, Charente Maritime

2015⎮Solo show,Galerie Mary-Ann, Hôtel de Ville de Mâcon, Saône et Loire

Solo show, Chapelle Sainte Avoye, La Clayette, Saône et Loire

De Genèse à Naissances, Hôtel Dieu / Musée Greuze, Tournus, Saône et Loire

2014⎮7ème Biennale d’art contemporain de Marcigny, Saône et Loire

Solo show, La cadence des formes, Galerie L’Atelier des Arts, Tournus, Saône et Loire

2010⎮Le sujet s’envole, le rythme reste, Hospice Saint-Charles, Rosny-sur-Seine, Yvelines

2007⎮St’Art Strasbourg, Galerie Dir’Arte Modica, Italie

2006⎮Diversion, Château-Mairie de Tourrettes-sur-Loup, Alpes Maritimes

2005⎮Galerie Goncourt, La Haye, Pays-Bas

2004⎮IIIème Festival International de Sculptures de Monte-Carlo, Monaco

2003⎮Alessandro Montalbano 1983 – 2003 : 20 ans de création, Espace Carpeaux, Courbevoie, Hauts-de-Seine

2002⎮Europa in Beeld : Mythe & Realiteit, Lange Voorhout, La Haye, Pays-Bas

1995 ⎮ Acquisition d’une sculpture monumentale par la Principauté de Monaco, installée dans le musée à ciel ouvert dans Les Terrasses de Fontvieille

1994 ⎮Prix Fondation Princesse Grace, invité de César, Monaco

1991 ⎮Prix Susse Frères Fondeurs, Paris

Visitez le site web de l’artiste pour plus d’informations.

Publicité
%d blogueurs aiment cette page :