Nathan CHANTOB

Jeune artiste émergent, Nathan Chantob a suivi une formation de peintre illustrateur en

Portrait Nathan CHANTOB

Belgique mais c’est avant tout l’école de la rue qui lui donne une identité. Influencé par des noms tels qu’Egon Schiele, Freud, Munch ce jeune artiste se laisse aussi séduire par d’illustres inconnus qu’il rencontre sur les lieux des graffs.

Influencé par des noms tels qu’ Egon Schiele, Lucian Freud, Munch, ce jeune artiste se laisse aussi séduire par d’illustres inconnus.

Nathan Chantob travaille sans relâche, propose des œuvres de plus en plus percutantes, une technique encore mieux maîtrisée et nous renvoie à des émotions surprenantes.

 

A 27 ans, il nous interpelle, nous captive par des portraits inoubliables, des regards qui nous lient aux œuvres. Si dans le « milieu de l’art » on considère qu’une œuvre doit être intellectuellement justifiable, il préserve sa créativité et son instinct en se gardant de tout discours et de toute théorisation.

Alliant différentes techniques et usant de tous les matériaux, Nathan Chantob se joue des règles et autres conventions pour peindre des œuvres  qui s’adressent directement au cœur et nous renvoient à nous-même !

 « Ce qui m’intéresse, c’est l’humain. Et dans l’humain, ce qui apparaît au delà du langage. Tout mon travail s’articule autour de ce thème et plus particulièrement à travers le portrait. Je suis porté vers  les choses assez frontales et cela tant dans  ma  création  que   dans la vie. C’est lié à mon état d’esprit et j’aime à penser que de ma tête à mon pinceau, il y a une certaine immédiateté. Je dis « certaine » car en effet avant d’attaquer une toile, je travaille beaucoup et notamment par le dessin. Le dessin fait partie intégrante de ma vie et je dessine  sur tout support et avec tout ce qui me tombe sous la main ».

« Je dirai donc que ma peinture est un mélange d’instinct et  de travail. Une somme de travail assez considérable car il y toujours en moi une obligation de bien faire, ceci dans le sens de l’authenticité et par respect envers les grands maîtres ».

« Je peins avec tout ce qui m’arrive, mon passé, mon présent, et m’inspire aussi bien de gens que je vois quotidiennement que des gens rencontrés à la va-vite, dans le métro, la rue , les bars… Tous semblables et uniques à la fois. La figure humaine quasi omniprésente dans mon travail rend compte d’une humanité malmenée et inquiète, souvent sombre. Pour finir j’ajouterai que l’obscurité la plus dense n’est jamais loin de la lumière la plus vive ».

Nathan Chantob travaille sans relâche, propose des œuvres de plus en plus percutantes, une technique maitrisée et nous renvoie à des émotions surprenantes. Il nous interpelle, nous captive par des portraits inoubliables, des regards qui nous lient aux œuvres.

Nathan Chantob a notamment remporté plusieurs prix comme le Prix Spécial 2011 de la société nationale des Beaux Arts au Carrousel du Louvre.

Depuis déjà 5 ans, ce jeune peintre (né en 1991) a confronté son travail de portraitiste au regard critique.

Après une formation en arts plastiques à l’ESA de l’Institut Saint-Luc Tournai, il a été récompensé de plusieurs prix institutionnels, dont le prix spécial 2011 du Salon de la S

ociété Nationale de Beaux-Arts.

Récemment, il a présenté son travail aux salons d’art contemporain de Lille et Beyrouth et a attiré l’attention lors du MAC Paris en novembre dernier.

L'EMPIRE 146 x 130 cm

Nathan Chantob reconnaît volontiers que c’est, avant tout, une perception de l’art de rue qui a forgé son écriture.

Sa peintAnnah 60 x 40 cmure refuse toute théorisation. Elle aborde un travail libre de la matière et une utilisation expressive de la palette.

 

Publicités